dimanche 1 avril 2012

Quand Claude se confie (en exclusivité)

Depuis la création de ce blogue, j'ai sollicité l'aide de Claude Poirier à quelques reprises, entre autres pour solutionner une énigme complexe et enregistrer une conversation téléphonique entre Stephen Harper et la reine Elizabeth. Or, il s'avère que ze Négociateur en personne aurait fait des révélations choc sur sa propre vie. Écoutez l'extrait sonore ici*.

À la demande de la blogueuse Ma tuque est une perruque, j'ai soutiré des informations supplémentaires à Claude Poirier concernant cet épisode de son passé. Voici la retranscription de l'interrogatoire.

Moi : « Pouvez-vous nous décrire la femme dont il est question dans cet enregistrement monsieur Poirier? »
Claude P. : « Une femme de race indécise et d'un âge certain, entre 31 et 34 ans, cheveux bruns, yeux foncés, taille proportionnelle. »
Moi : « Racontez-moi en détails votre première rencontre. »
Claude P. « Un jeudi soir, vers 20 h 17, la femme m'a demandé d'aller chercher des Craven A au dépanneur Chez Ti-Bi, situé au 48 rue Principale, à côté du casse-croûte Le Casse-Croûte. Le caissier du dépanneur, un homme de race blanche âgé approximativement de 51 ans, 4 mois et 12 jours portait une chemise en flanelle bleue et verte... »
Moi : « Un peu moins de détails s'il-vous-plaît. »
Claude P. « Quand je suis revenu du dépanneur, la femme m'a conduit à sa chambre. »
Moi : « En auto? »
Claude P. « Ben voyons donc, as-tu déjà vu ça toi, quelqu'un qui conduit son char dans' maison? »
Moi : « C'était une blague monsieur P. Continuez svp. »
Claude P. « Son fils, un dénommé Ti-Coune, dormait dans la chambre voisine. »
Moi : « Vous dites dans l'enregistrement qu'elle vous a fait monter au ciel... »
Claude P. « En 37 secondes, peut-être 38. Dans ce temps-là, j'avais pas de montre, je comptais dans ma tête : et un, et deux, et trois... »
Moi : « ... »
Claude P. : « D'autres questions? »
Moi : « Connaissez-vous la chanson Quand on se donne (à une femme d'expérience)? On dirait que les paroles sont inspirées de votre histoire. Elle avait deux fois mon âge, elle m'a fait faire tout un voyage... Monter au ciel, voyage... Il me semble qu'il y a un lien, vous trouvez pas?»
Claude P. : « Ah, c'est la chanson de Francis Martin là? Celui qui s'est rebaptisé Caillot? »
Moi : « Ouin, c'est ça. Pis plus tard, ça dit : Elle m'a pris en otage, et moi j'ai obéi... En OTAGE monsieur Poirier. Moi je commence à penser que c'est vous qui l'avez écrite cette chanson-là. »
Claude P. « Moi j'fais de la radio pis je surveille les bandits. Penses-tu que j'ai l'temps d'écrire des chansons, P'tite piquette? »
Moi : « Probablement pas monsieur Prunier. »
Claude P. « Bon, as-tu fini avec tes questions sans queue ni traître? »
Moi : « Oui. »
Claude P. « Enfin. 10/4. »

Mission accomplie.

*Source : La Clique du Plateau

4 commentaires:

  1. Hahahaha!
    Je serais pas surprise d'apprendre que Plaude a été l'amant de Dalida en début de carrière. Mais il aimait la surnommer Dalinda.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je me fie aux rumeurs, il aurait eu une brève liaison avec Catherine « Deneuf »...

      Supprimer
  2. Moi, je pense que c'est avec Mémère Bouchard. Dans le temps qu'elle gardait Ti-Coune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'était avant qu'elle se mette à fumer la pipe.

      Supprimer